Terminé

Grands concerts

Rêveries scandinaves avec le violoniste Kerson Leong en reprise en ligne

Complexité : Audacieux
Émotions :  Éblouissante Serein

samedi 21 novembre 2020 à 20 h 00

Achetez un billet : https://www.eventbrite.ca/e/billets-reveries-scandinaves-128047243753

Programme du concerthttps://ostr.ca/wp-content/uploads/2020/11/programme-concert-Reveries-scandinaves.pdf

Libérez vos sens et ne gardez que l’écoute pour plonger dans un univers musical unique qu’est celui de la musique scandinave. Véritable célébration de la vie, de la joie et des beautés de la nature nordique, les notes de Rautavaara, accompagnées de chants d’oiseaux du nord de la Finlande, les mélodies romantiques de Grieg et l’ultime symphonie de Sibelius empreinte de joie de vivre, laissent place aux rêveries d’un pays lointain.

Ce concert sera présenté « en ligne » !
Le concert est disponible en ligne du 28 décembre 2020 au 21 janvier 2021.

Présenté par :

Au programme

Edvard Grieg

Deux Mélodies Élégiaques

Durée : 9 min

Écoutez Cette Oeuvre

Einojuhani Rautavaara

Cantus Arcticus « Concerto pour Oiseaux et Orchestre »

Durée : 17 min

Écoutez Cette Oeuvre

Jean Sibelius

Symphonie no 7

Durée : 23 min

Écoutez Cette Oeuvre

Jean Sibelius

Concerto pour violon en ré mineur, op. 47

Durée : 22 min.

Écoutez Cette Oeuvre

Jean-Claude Picard

Chef attitré

Le chef d’orchestre canadien Jean-Claude Picard est largement reconnu pour sa direction communicative et engageante, autant par ses pairs, la critique et le public. La saison 2020-2021 le voit entamer sa deuxième saison en tant que directeur artistique et chef attitré de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières au Québec et Chief Conductor du Scottish Ballet.

Suite au concert inaugural de Jean-Claude Picard au podium de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, Le Nouvelliste écrit : « On n’a jamais une seconde chance de faire une bonne première impression et maestro Jean-Claude Picard a magnifiquement saisi la sienne en conquérant indubitablement le public trifluvien. Le public a réservé des ovations bien senties au terme de chacune des deux parties de ce concert emballant qui a marqué de façon spectaculaire l’arrivée de Jean-Claude Picard à la direction d’un OSTR pimpant et plein de vie.»

En plus de son travail à l’OSTR et Scottish Ballet, notons parmi ses engagements récents et futurs un retour aux podiums de l’Orchestre symphonique de Québec, Victoria Symphony, Royal Scottish National Orchestra et Symphony Nova Scotia ainsi que ses débuts avec l’Orchestre symphonique de Montréal, les orchestres de chambre du Luxembourg et de Genève, I Musici, Les Grands Ballets Canadiens et un début très remarqué au Festival international d’Edimbourg avec Scottish Ballet. Ses débuts aux États-Unis, avec le Washington National Opera Orchestra, ainsi que des représentations au Spoleto Festival USA ont été annulés en raison de la situation actuelle. Une première visite au Royal Opera House de Londres et une quatrième invitation au Victoria Symphony étaient initialement prévues lors de la saison 2020-2021.

Jean-Claude a débuté sa carrière en étant nommé chef assistant du Royal Scottish National Orchestra. Deux ans plus tard, le RSNO annonça sa promotion au poste de chef associé, reflétant la précision de son travail et le lien significatif établi avec les musiciens de l’orchestre depuis le début de son mandat.

Pendant son mandat au RSNO, il tisse des liens étroits avec Scottish Ballet, la Compagnie nationale de danse d’Écosse et l’une des quatre principales Compagnies de ballet du Royaume-Uni. Ses premières invitations le voit diriger Casse-Noisette de Tchaïkovski, Cendrillon de Prokofiev ainsi que Le Sacre du Printemps et Le Baiser de la fée de Stravinski. Scottish Ballet annonça la nomination de Jean-Claude au poste de Chief Conductor en avril 2019.

Par ailleurs, Jean-Claude a travaillé de manière significative dans son pays natal en dirigeant des orchestres de premier plan tels que l’Orchestre symphonique de Montréal, le Toronto Symphony Orchestra, l’Orchestre symphonique de Québec, l’Orchestre du Centre national des Arts, l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, le Victoria Symphony et le Symphony Nova Scotia ainsi que Les Grands Ballets Canadiens et I Musici. En tant que directeur artistique et chef attitré de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, il succède au chef d’orchestre réputé Jacques Lacombe.

En Europe, Jean-Claude fut invité ou réinvité aux podiums du Royal Scottish National Orchestra, Manchester Camerata, Scottish Ballet, City of Birmingham Symphony Orchestra, l’Orchestre de la Tonhalle de Zürich, l’Orchestre de Chambre de Genève, l’Orchestre symphonique de Porto Casa da Música, l’Orchestre symphonique de Leipzig, l’Orchestre de la ville de Pärnu et le Red Note Ensemble. Son premier enregistrement commercial avec le Royal Scottish National Orchestra fut chaleureusement accueilli par la presse.

Tout aussi à l’aise avec la musique contemporaine, il a créé et enregistré des œuvres de compositeurs canadiens et britanniques tels que Kelly-Marie Murphy, Dinuk Wijeratne, Ned Bigham, Peter Salem, Rory Boyle et Oliver Searle. Jean-Claude a également travaillé avec des solistes de renommée internationale tels que Nicola Benedetti, Vilde Frang, Xavier de Maistre, André Laplante, Kinan Azmeh, Boris Giltburg et Jacques Zoon et a été le chef assistant de Peter Oundjian, Thomas Søndergård, Valery Gergiev, Neeme Järvi, Sir Roger Norrington, Sir Andrew Davis, Stéphane Denève et Alexander Lazarev.

Pendant ses études, avec son maître Laurent Gay à la Haute École de Musique de Genève (Conservatoire Supérieur de Musique de Genève), il est sélectionné pour participer à des masterclasses internationales de haut niveau où il a l’occasion de se perfectionner auprès de David Zinman à Zürich, Kurt Masur à New York, Neeme Järvi, Paavo Järvi et Leonid Grin en Estonie et Jorma Panula à Porto. Suite à la masterclass avec Kurt Masur, il se voit décerner une Bourse Mendelssohn, lui permettant ainsi de poursuivre ses études avec Masur à sa résidence de Leipzig.

Avant de se consacrer entièrement à la direction, Jean-Claude fut un flûtiste recherché, jouant avec des orchestres tels que le Bergen Philharmonic Orchestra (Norvège), l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre de Chambre de Genève ainsi que les Violons du Roy, ce qui lui permis d’acquérir une riche expérience en tant que musicien d’orchestre, en se produisant entre autres au Carnegie Hall de New York, au Walt Disney Concert Hall de Los Angeles ainsi qu’au Royal Concertgebouw d’Amsterdam.

Jean-Claude a été boursier de la Fondation Jeunesses Musicales Canada, Fondation Wilfrid-Pelletier et Fondation Jean-Tanner (Suisse).

Kerson Leong

violon
Remarqué en 2010 en remportant le très convoité premier prix junior au prestigieux concours Menuhin, le jeune violoniste canadien, Kerson Leong, a étonné et conquis ses collègues musiciens et les publics du monde entier grâce à sa maîtrise rare et novatrice de son instrument, à sa capacité naturelle à transmettre les émotions les plus subtiles et à l'ampleur colossale de ses prestations en direct. Ayant été appelé «le prochain grand violoniste du Canada» (Ludwig van Toronto), il s'est distingué par son approche unique comme l'un des plus brillants musiciens de sa génération. Au cours de la saison 2020/2021, Kerson se produira avec les orchestres symphoniques de Québec, de Sherbrooke et de Toledo (E-U.) ainsi qu’avec l'Orchestre royal de chambre de Wallonie en Belgique en plus de donner vie à de nouvelles compositions de Samy Moussa avec le Toronto Symphony Orchestra. La saison 2019/2020 de Kerson comprenait des concerts avec le Sinfonieorchester Wuppertal, l'Amici Chamber Ensemble, le Symphony Nova Scotia, avec Yannick Nezet-Seguin au Domaine Forget, ainsi que des représentations à la Salle Bourgie, à la Phillips Collection (Washington), à la Salle Cortot (Paris) et au Centre Arvo Pärt en Estonie, en plus d’une tournée de récitals aux États-Unis. Kerson a joué dans certains des lieux de concert les plus prestigieux du monde, de l'Auditorium Stern de Carnegie Hall et de l'Auditorium du Louvre au Wigmore Hall de Londres en passant par le Centre national des arts de la scène de Pékin. Il est régulièrement sollicité en tant que soliste avec des orchestres tels que le Royal Philharmonic Orchestra de Londres, ceux d'Oslo, de Lorraine, de Liège, du Kansai (Japon), de Stockton (Californie), de Toronto (TSO), Montréal (OSM), Vancouver (VSO), Québec (OSQ), Ottawa (OCNA) ainsi que l’Orchestre Métropolitain où il a été artiste en résidence en 2018/2019. Chambriste passionné, depuis ses débuts au Festival Menuhin de Gstaad en Suisse en 2011, il a participé à de nombreux festivals et séries de concerts internationaux de renom, notamment le Festival de Verbier (Suisse), le Rheingau Musik Festival et les Fraenkische Musiktage (Allemagne), les Flâneries musicales de Reims (France), Festival international de Bergen (Norvège), Trasimeno Music Festival (Italie),Toronto Summer Music Festival, Ottawa Chamberfest et Music and Beyond, Virée classique de l'OSM et Festival international de musique du Domaine Forget. En 2016, Kerson a publié « Bis », son premier enregistrement chez Analekta présentant une collection de pièces de rappel, qui a été salué par la critique. Il a enregistré Visions, de John Rutter, avec le compositeur lui-même et l'Aurora Chamber Orchestra pour Collegium Records, après en avoir donné la première mondiale à Londres, au Royaume-Uni. Il a également été invité par le compositeur François Dompierre à enregistrer sa pièce, Les Diableries. On entend fréquemment Kerson sur les ondes radio au Canada et dans toute l’Europe. Il a reçu de nombreuses récompenses telles que le prix de la Fondation musicale Sylva Gelber (2015-2017) et le prix du jeune soliste 2015 des Radios Francophones Publiques, ainsi qu'un prix de mentorat de la Fondation musicale Lin Yao Ji de Chine pour avoir inspiré les jeunes générations. Il a été nommé Révélation Radio-Canada 2014-2015 pour la musique classique. Kerson est un artiste associé de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth en Belgique, où il a été parrainé par Augustin Dumay. L'enseignement devient une passion croissante pour Kerson, qui a donné des classes de maître et enseigné notamment à la Jacobs School of Music de l'Université de l'Indiana, à la Sibelius Academy d'Helsinki, à l'Université d'Ottawa et à la Memorial University de St. John’s. Il a toujours tenu à établir des liens entre la musique et d'autres domaines. Depuis que son père a commencé à l'initier aux concepts de physique sur la résonance des cordes, ils ont fortement influencé son jeu et sa philosophie sur la production du son. Avec son père, il a donné des conférences sur ce sujet dans des endroits tels que les Central Conservatoire central de musique de Pékin, Institut de musique Barratt-Due d'Oslo et diverses universités de Californie. Kerson joue sur un Guarneri del Gesu de 1741, gracieuseté de Canimex.