Grands concerts

LA BOHÈME

Complexité : Stimulant
Émotions :  Grandiose Passionné

samedi 15 avril 2023 à 20 h 00

Salle J.-Antonio-Thompson

Des airs de pure volupté interprétés par de grandes voix lyriques et soutenus par l’excellence des musiciens de l’OSTR, c’est ce que propose ce concert mettant en lumière une œuvre inoubliable de Puccini. Une des histoires les plus populaires de l’opéra, La Bohème porte sur l’amour et le bonheur ! Laissez-vous émouvoir par cette œuvre où la musique traduit une véritable effusion de sentiments.

Au programme

Giacomo Puccini

La Bohème

Causerie

Cocktail

Jean-Marie Zeitouni

chef d'orchestre

Jean-Marie Zeitouni est reconnu comme l’un des plus brillants chefs d’orchestre de sa génération pour son style expressif et convaincant, dans un répertoire qui va du baroque à la musique contemporaine. Il est diplômé du Conservatoire de musique de Montréal en direction d’orchestre, en percussion et en écriture musicale, institution où il a étudié notamment avec Raffi Armenian. Il est présentement le premier chef invité du Colorado Music Festival et partenaire artistique de l’Orchestre symphonique d’Edmonton.
Au fil des ans, Jean-Marie Zeitouni a été directeur artistique de l’Orchestre de chambre I Musici de Montréal, directeur musical du Colorado Music Festival, du Columbus Symphony en Ohio, du programme d’opéra au Banff Center, assistant chef d’orchestre et directeur des choeurs à l’Opéra de Montréal ainsi que directeur musical de leur Atelier lyrique, chef de choeur à l’Orchestre symphonique de Québec et à l’Opéra de Québec et directeur musical de l’orchestre et de l’atelier d’opéra de l’Université Laval. Avec Les Violons du Roy, orchestre avec lequel il connut une fructueuse collaboration d’une douzaine d’années, il occupa tour à tour les fonctions de chef en résidence, de chef associé et de premier chef invité. Très apprécié comme chef lyrique, il a récemment dirigé, l’Orchestre national de Montpellier et l’Orchestre national de Lorraine à Nancy. Il a aussi dirigé de nombreuses productions à l’Opéra de Montréal, à l’Opéra de Québec, au Glimmerglass Opera, au Théâtre du Capitole de Toulouse et à l’Opéra national de Lorraine, ainsi qu’à Banff, à Calgary, à Edmonton, à
Cincinnati, à Saint-Louis. Parmi les nombreux orchestres que Jean-Marie Zeitouni a dirigés au Canada, mentionnons les orchestres symphoniques de Montréal, de Toronto, de Québec, d’Edmonton, de Calgary, de Vancouver, de Winnipeg, d’Halifax, de Victoria, de Kitchener-Waterloo et de London ainsi que l’Orchestre du Centre national des Arts, l’Ensemble Arion et le Club musical de Québec. À l’étranger, il a entre autres dirigé les orchestres symphoniques de Tucson, Houston, de l’Oregon, de Monterey, de San Antonio, d’Omaha, de Honolulu, de Huntsville et de Cincinnati, de même que la Handel and Haydn Society de Boston, le Pacific Symphony, Seattle Symphony Orchestra, le Phoenix Symphony Orchestra, le Philharmonique de Marseille, le Xalapa Symphony, le National Symphony of Mexico, le Hong Kong Philharmonic, l’Arco Ensemble et le Detroit
Symphony. Il participe par ailleurs régulièrement au Festival international de Lanaudière, au Festival international du Domaine Forget, aux festivals de Round Top (Texas) et de Grant Park (Illinois), de même qu’à l’Elora Festival, au Parry Sound Festival et au Mostly Mozart Festival de New York. Il a récemment fait ses débuts à Moscou avec le Russian National Orchestra et au Théâtre des Champs-Élysées de Paris.
En 2021-2022, Jean-Marie Zeitouni dirigera le Victoria Symphony, Les Violons du Roy, l’Opéra de Québec, l’Opéra de Montréal et retournera diriger l’Orchestre de l’Opéra national de Lorraine.

Myriam Leblanc

soprano

La jeune soprano colorature Myriam Leblanc est récipiendaire de plusieurs prix :  premier prix et prix Coup de cœur du public au Concours de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, Jeune Ambassadrice Lyrique 2014 (prix Québec Bavière), lauréate d’un Audience Choice Award à la compétition Centre Stage de la Canadian Opera Company, troisième prix au concours Auditions Nouvelles découvertes de la Société chorale d’Ottawa, lauréate de la bourse d’excellence accordée annuellement par l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal et le premier prix au Concours de musique ancienne Mathieu Duguay du Festival international de musique baroque de Lamèque en 2017. Myriam Leblanc est une artiste polyvalente qui œuvre autant dans le milieu classique que le bel canto, que le baroque.  Elle est reconnue pour son timbre d’une grande pureté, pour sa voix souple et chaleureuse et sa grande maîtrise tant au niveau technique que de l’expressivité musicale. 

Elle a brillé dans les rôles de Gilda dans Rigoletto de Verdi (Opéra de Montréal), Micaëla dans Carmen de Bizet (Opéra de Québec), Donna Anna dans Don Giovanni (Opéra de Saskatoon), Milica dans Svadba de Sokolovic (Opéra de Montréal), Fille-Fleur dans Parsifal de Wagner (Orchestre Métropolitain), la Grande Prêtresse dans Aïda de Verdi (Opéra de Montréal) et Juliette dans Roméo et Juliette de Gounod (Jeunesses Musicales du Canada). Elle se spécialise également dans les oratorios, concerts: Oratorio de Noël de Bach (Ensemble Caprice), Dixit Dominus de Vivaldi (I Musici), Le Magnificat de Bach (Les Violons du Roy), La Symphonie No. 2 « Lobgesang » de Mendelssohn (Orchestre Métropolitain), plusieurs cantates de Bach dont Ich habe genug et plusieurs autres œuvres.

Anciennement membre de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, Myriam Leblanc a été soliste invitée des prestigieux : Orchestre symphonique de Montréal, Orchestre symphonique de Trois-Rivières, Orchestre symphonique de Québec, Orchestre symphonique de Saskatoon et l’Orchestre Métropolitain.

Ses projets futurs incluent un Requiem de Mozart avec les Violons du Roy, le Messie de Handel avec Le Festival Classica (tournée), un récital de la musique de Medtner avec Charles-Richard Hamelin et plusieurs concerts avec des groupes tels que Early Music Vancouver, La Nef, l’Ensemble Mirabilia et la Symphonia Nova Scotia.

Frédéric Antoun

ténor

Le ténor canadien Frédéric Antoun se destine d’abord à la médecine avant d’étudier le piano et le violoncelle. À 20 ans, il se forme à l’écriture orchestrale et à l’art lyrique à Montréal et entre dans le prestigieux Institut Curtis de musique à Philadelphie. Avant la fin de ses études musicales, il chante l’Évangéliste dans la Passion selon Saint Jean de Bach.

Il chante Calaf en 2004 dans Turandot (Puccini) à l’Opéra de Montréal, où il revient en 2006 en remplacement d’Anthony Dean-Griffey dans le rôle-titre de la Clémence de Titus qu’il apprend en quelques jours. Il y est aussi Orphée en 2007 dans Orphée aux Enfers (Offenbach). Il débute en France en tant que Ferrando dans Così Fan Tutte (Mozart) à Angers et Nantes en 2008, puis obtient le rôle-titre masculin d’Hippolyte et Aricie (Rameau) à Toulouse en 2009, dirigé par Emmanuelle Haïm. Il incarne la même année à Montpellier Tamino dans la Flûte enchantée (Mozart), puis le Chevalier de la Force dans les Dialogues des Carmélites de Poulenc à l’Opéra de Nice. Il est le Prince dans Cendrillon (Massenet) pour ses débuts au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles en 2011. L'année suivante, il sert le répertoire français en Laërte dans Hamlet (Ambroise Thomas) à Vienne et en Gérald dans Lakmé (Leo Delibes) à Montpellier face à Sabine Devieilhe.

En 2013, il chante Achille dans Iphigénie en Aulide (Gluck) à Amsterdam. Mozart et son Enlèvement au Sérail l’emmènent à Nantes en Belmonte la même année. Le public nantais le retrouve en 2014 en Nadir dans les Pêcheurs de Perles (Bizet). La même année, il fait ses débuts à Covent Garden où il est Tonio dans la Fille du Régiment (Donizetti). En 2015, il chante Belmonte dans L’Enlèvement au Sérail puis Thespis dans Platée de Rameau pour ses débuts à l'Opéra de Paris. Il est ensuite Ferrando dans Cosi fan tutte de Mozart à l'Opéra de Marseille en 2016. Le ténor crée ensuite le rôle de Raúl dans The Exterminating Angel de Adès au Festival de Salzbourg. L'Opéra de Versailles le reçoit également en tant que Sabatino dans la version concert de Proserpine de Saint-Saëns. Il se rend enfin au ROH en 2017 pour y chanter Cassio dans Otello de Verdi. Toujours plus présent à l’international, il débute la même année au Metropolitan dans la reprise de The Exterminating Angel. L'Opéra de Zurich le reçoit en Gonzalve dans L'Heure espagnole de Ravel, tandis que le Théâtre du Capitole (Toulouse) lui offre le rôle-titre masculin d’Orphée et Eurydice de Gluck en 2018. Son rôle de Ferrando (Cosi fan tutte) lui offre ses débuts à l'Opéra de Munich, avant sa prise du rôle de Fenton dans Falstaff ROH et celle du rôle de Jupiter dans Semele de Haendel à Zürich. En 2019, il découvre le rôle du Chevalier des Grieux dans Manon à l’Opéra Comique, le rôle-titre de Roméo et Juliette de Gounod l’Opéra de Cincinnati et celui d'Edgardo dans Lucia de Lammermoor à l'Opéra du Québec. En 2020, il s’attaque à celui de Pylade dans Iphigénie en Tauride à Zürich puis à celui d’Alfredo dans La Traviata au ROH (la crise du Covid l'empêchant ensuite d'interpréter Don Ottavio et le Duc de Mantoue). 

 

Hugo Laporte

baryton

Reconnu pour l’élégance de son chant, son timbre velouté et son charisme sur scène, le jeune baryton québécois Hugo Laporte est lauréat de nombreux concours dont le Prix « Teatro alla Scala » au Concours Belvedere en Autriche, le Grand prix au Concours OSM Manuvie, 1er prix au Concours de musique du Canada, 1er prix au Concours d’interprétation de l’Anthologie de la musique québécoise, 3e prix au Prix d’Europe et 3e prix au Concours international de Marmande (catégorie mélodie). En tant que « Jeune espoir lyrique canadien », il développe sa carrière internationale grâce au soutien des Jeunes ambassadeurs lyriques. Hugo Laporte fera ses débuts à La Scala de Milan en 2023.


Lors de saisons passées de nombreux rôles lui ont été confiés, tels que Figaro (Le Barbier de Séville) et Escamillo (Carmen) à la Société d’art lyrique du Royaume, Moralès et Dancaïre (Carmen) au Theater Regensburg et à l’OSM. Régulièrement invité en concert au Canada, en Europe et en Asie, il a collaboré avec des ensembles tels que le Deutsche Radio Philharmonie, le Staatsphilharmonie Nürnberg, l’Opéra-Hélikon de Moscou, l’Opéra national de Biélorussie, les orchestres symphoniques de Montréal, Québec, Sherbrooke, Gatineau, Terre-Neuve et Longueuil; l’Orchestre du Centre National des Arts, Clavecin en concert, l’ensemble le Rhapsodes, l’Ensemble Sinfonia et le Choeur classique de Montréal, la Sinfonia de Lanaudière; des théâtres tels que le Teatro comunale di Bologna, le Théâtre Daning de Shanghai, le Grand Théâtre de Quindao, le Grand Théâtre de Baotou; et des festivals tels que le Festival de Lanaudière, le Virée classique de l’OSM, le Festival Bach de Montréal, le Festival d’Opéra de Québec le Festival Orford et le FestivalOpéra de Saint-Eustache. En 2018, la critique le salue pour sa voix “homogène, chaude et bien timbrée” dans le rôle de Albert (Werther). Également en 2018, il fait ses débuts remarqués à l’Opéra de Montréal en Mercutio (Roméo et Juliette) et à l’Opéra de Massy en Schaunard (La Bohème).

Également apprécié dans le répertoire sacré, il interprète régulièrement des oeuvres telles que le Requiem de Fauré, le Requiem allemand de Brahms, le Requiem de Duruflé, la Passion selon saint Matthieu de J.S. Bach, la Petite messe solennelle de Rossini, la Messe solennelle de Sainte-Cécile de Gounod, et le In Terra Pax de G. Finzi. Il chante la Grande Messe en ut mineur de Mozart sous la direction de Yannick Nézet-Séguin au Festival Classica.

M. Laporte détient une maîtrise en musique avec mention au tableau d’honneur, sous la tutelle de la soprano Patricia Fournier, à l’Université Laval. Il s’est également perfectionné auprès d’enseignants réputés dont Ghinka Radilova, Antonio Carangelo et Benita Valente. M. Laporte est boursier du Conseil des Arts et des Lettres du Québec. Il tient à remercier la Relève musicale de Québec pour leur soutien durant ses études, et les Jeunes ambassadeurs lyriques pour leur important soutien au développement de sa carrière à l’international.

Geneviève Lenoir

soprano

Diplômée d’une maîtrise et d’un diplôme d’études supérieures spécialisées (D.E.S.S) en interprétation chant classique de l’Université de Montréal, Geneviève Lenoir séduit le public avec son timbre éclatant et son vif tempérament scénique.
 
De septembre 2015 et ce jusqu’en mai 2017, Geneviève Lenoir a été artiste résidence à l’Orchestre Symphonique de Trois-Rivières. Elle y interpréta  le Requiem Allemand de Brahms en avril 2017 sous la direction de Jacques Lacombe.
 
En 2015-16, la soprano participe à la programmation de la série Matinées en musique. Elle y  présente un récital d’airs d’Opéra intitulé PianOpéra.

Elle  a  aussi  interprété les rôles de Flora et Annina dans la Traviata, aux côtés de la soprano Lyne Fortin.

Elle a interprété le Gloria de Poulenc, avec l’orchestre  symphonique de  Trois-Rivières, sous la direction de Maestro Jacques Lacombe, dans le cadre de sa  résidence avec cet Orchestre.  

À l’opéra, c’est sous la direction artistique de Colette Boky et de Joseph Rouleau que Geneviève Lenoir a incarné les rôles de Musette dans La Bohème de Puccini, Eurydice dans Orphée aux Enfers d’Offenbach, la Reine de la Nuit dans La Flûte enchantée et Despina dans Cosí fan tutte de Mozart.
 
Par la suite, elle a interprété Barbarina dans Les Noces de Figaro de Mozart dans une mise en scène de Benoit Brière sous la direction musicale de Jean-François Rivest.

Madame Lenoir  a aussi tenu  le rôle de la fée dans l’opéra Cendrillon de Massenet, cette fois-ci dans une mise en scène d’Yves Desgagnés et sous la direction musicale de Monsieur André Bernard. Elle s’est également produite au Théâtre Cuvilliés (Munich) lors d’un récital présenté par la délégation du Québec à Munich, sous la présidence d’honneur de l’Honorable Bernard Landry, alors premier ministre du Québec.
 
Lauréate du Concours Interprétation de nouvelles œuvres, diffusé sur les ondes de la Société Radio-Canada. Participation à Paris, au Concours international chant-piano de la Fondation Nadia et Lili Boulanger.
 
Parallèlement à sa carrière de soliste, Madame Lenoir s’intéresse à la production de concerts et de spectacles lyriques. Les Productions Geneviève Lenoir ont comme objectif la diffusion d’œuvres vocales classiques.

Elle enseigne depuis septembre 2019 le chant classique au Département de Musique du Cégep de Trois-Rivières

 

Dominique Côté

Le baryton Dominique Côté natif de Notre-Dame-du-Rosaire au Québec est salué par le public et la critique pour sa voix chaleureuse et ses interprétations émouvantes. Récemment, il chantait Quatre Cantates de Bach avec Les Violons du Roy dirigé par Alexander Weimann à Montréal et à Québec et les Requiems de Fauré et Duruflé avec l’Ensemble Vocal Art-Québec sous la direction de Francis Choinière à la Maison Symphonique et au Palais Montcalm. Aussi, il était Schaunard dans La Bohème de Puccini avec L’Opéra du Royaume et Sancho dans Don Quichotte chez La Duchesse de Boismortier avec L’Ensemble Caprice. En 2021, il faisait parti du Gala de l'Opéra de Québec pour la St-Valentin dirigé par Jean-Marie Zeitouni, il chantait Anthony Candolino dans Les Leçons de Maria Callas au Festival d'Opéra de Québec et chantait les Liebeslieders de Brahms avec la soprano Karina Gauvin pour le Festival de Musique de Chambre de Montréal. Dans les dernières années, Dominique a chanté Dr Falke dans La Chauve Souris au Grand Théâtre de Genève sous la direction de Theodor Guschlbauer et à l’Opéra de Montréal dirigé par Timothy Vernon. Également, le Baron Koffre dans Le Roi Carotte d'Offenbach à l'Opéra de Lille dans la mise en scène de Laurent Pelly, Ajax II dans La Belle Hélène d’Offenbach à l’Opéra de Marseille, Frédéric dans Lakmé de Delibes à l’Opéra de Montréal, sans oublié le rôle-titre de Nelligan écrit par André Gagnon et Michel Tremblay à l’Opéra de Québec, l’Opéra de Montréal, et sur disque avec l’Orchestre Symphonique de Montréal. Son premier disque solo est paru en février 2022: AMOUR ET FANTAISIE, consacré aux mélodies de Lionel Daunais. Produit par ATMA Classique avec Esther Gonthier au piano, l’album remporte un grand succès public et critique.

Stephen Hegedus

baryton-basse

Salué par l'Ottawa Citizen comme un chanteur possédant «...un instrument d'une rare beauté, majestueux et imposant du bas de sa gamme au sommet », Stephen Hegedus est à l'aise aussi bien sur la scène du concert que sur celle de l'opéra. Au cours de la dernière saison des Fêtes, Stephen s'est joint au Toronto Symphony pour le Messie de Haendel. Il se joindra prochainement au Manitoba Opera pour La Cenerentola de Rossini, reporté en raison de la pandémie de COVID-19. Parmi ses récentes prestations, mentionnons le rôle de Rocco dans Leonore de Beethoven pour Opera Lafayette à Washington D.C., le Messie avec les orchestres symphoniques de Winnipeg et d'Okanagan, le comte Almaviva dans Le Nozze di Figaro et Leporello dans Don Giovanni pour Opera Atelier, et le Stabat Mater de Rossini avec le Kitchener-Waterloo Symphony. On a pu l'entendre au Carnegie Hall, avec l'Orchestre du Centre national des Arts, l'Orchestre du Minnesota, les orchestres symphoniques de Montréal, Seattle, Houston, San Antonio, Québec, Edmonton et Victoria, la New York Oratorio Society, le Vancouver Chamber Choir, le Naples Philharmonic, le Grant Park Music Festival de Chicago, à Versailles, pour l'Opéra de Montréal et le Pacific Opera Victoria.

Choeur de l'OSTR

Maîtrise des Petits Chanteurs du Cap