Terminé

Grands concerts

Jardins d'Espagne

Complexité : Incontournable
Émotions :  Exotique Passionné

Achetez un billet

Programme du concert

Présenté en collaboration avec la Fondation Azrieli

Un voyage au cœur de l'histoire et des légendes hispaniques. L'exubérance des cordes et les couleurs ensoleillées des œuvres au programme tracent la voie aux rythmes séduisants et endiablés, teintés d'une langueur voluptueuse, en écho à une Espagne idyllique.

Cet concert sera présenté « en ligne » !

Le concert est disponible en ligne du 23 janvier au 6 février 2021.

Présenté par :

Au programme

Kelly-Marie Murphy

En El Escuro es Todo Uno

Notes de programme

Nikolai Rimski-Korsakov

Capriccio espagnol

Durée : 15 min

Écoutez Cette Oeuvre

Notes de programme

Alberto Ginastera

Estancia, suite

Durée : 11 min

Écoutez Cette Oeuvre

Notes de programme

Manuel de Falla

Le Tricorne, suite no 2

Durée : 6 min

Écoutez Cette Oeuvre

Notes de programme

Jean-Claude Picard

Chef attitré

Le chef d’orchestre canadien Jean-Claude Picard est largement reconnu pour sa direction communicative et engageante, autant par ses pairs, la critique et le public. La saison 2020-2021 le voit entamer sa deuxième saison en tant que directeur artistique et chef attitré de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières au Québec et Chief Conductor du Scottish Ballet.

Suite au concert inaugural de Jean-Claude Picard au podium de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, Le Nouvelliste écrit : « On n’a jamais une seconde chance de faire une bonne première impression et maestro Jean-Claude Picard a magnifiquement saisi la sienne en conquérant indubitablement le public trifluvien. Le public a réservé des ovations bien senties au terme de chacune des deux parties de ce concert emballant qui a marqué de façon spectaculaire l’arrivée de Jean-Claude Picard à la direction d’un OSTR pimpant et plein de vie.»

En plus de son travail à l’OSTR et Scottish Ballet, notons parmi ses engagements récents et futurs un retour aux podiums de l’Orchestre symphonique de Québec, Victoria Symphony, Royal Scottish National Orchestra et Symphony Nova Scotia ainsi que ses débuts avec l’Orchestre symphonique de Montréal, les orchestres de chambre du Luxembourg et de Genève, I Musici, Les Grands Ballets Canadiens et un début très remarqué au Festival international d’Edimbourg avec Scottish Ballet. Ses débuts aux États-Unis, avec le Washington National Opera Orchestra, ainsi que des représentations au Spoleto Festival USA ont été annulés en raison de la situation actuelle. Une première visite au Royal Opera House de Londres et une quatrième invitation au Victoria Symphony étaient initialement prévues lors de la saison 2020-2021.

Jean-Claude a débuté sa carrière en étant nommé chef assistant du Royal Scottish National Orchestra. Deux ans plus tard, le RSNO annonça sa promotion au poste de chef associé, reflétant la précision de son travail et le lien significatif établi avec les musiciens de l’orchestre depuis le début de son mandat.

Pendant son mandat au RSNO, il tisse des liens étroits avec Scottish Ballet, la Compagnie nationale de danse d’Écosse et l’une des quatre principales Compagnies de ballet du Royaume-Uni. Ses premières invitations le voit diriger Casse-Noisette de Tchaïkovski, Cendrillon de Prokofiev ainsi que Le Sacre du Printemps et Le Baiser de la fée de Stravinski. Scottish Ballet annonça la nomination de Jean-Claude au poste de Chief Conductor en avril 2019.

Par ailleurs, Jean-Claude a travaillé de manière significative dans son pays natal en dirigeant des orchestres de premier plan tels que l’Orchestre symphonique de Montréal, le Toronto Symphony Orchestra, l’Orchestre symphonique de Québec, l’Orchestre du Centre national des Arts, l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, le Victoria Symphony et le Symphony Nova Scotia ainsi que Les Grands Ballets Canadiens et I Musici. En tant que directeur artistique et chef attitré de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, il succède au chef d’orchestre réputé Jacques Lacombe.

En Europe, Jean-Claude fut invité ou réinvité aux podiums du Royal Scottish National Orchestra, Manchester Camerata, Scottish Ballet, City of Birmingham Symphony Orchestra, l’Orchestre de la Tonhalle de Zürich, l’Orchestre de Chambre de Genève, l’Orchestre symphonique de Porto Casa da Música, l’Orchestre symphonique de Leipzig, l’Orchestre de la ville de Pärnu et le Red Note Ensemble. Son premier enregistrement commercial avec le Royal Scottish National Orchestra fut chaleureusement accueilli par la presse.

Tout aussi à l’aise avec la musique contemporaine, il a créé et enregistré des œuvres de compositeurs canadiens et britanniques tels que Kelly-Marie Murphy, Dinuk Wijeratne, Ned Bigham, Peter Salem, Rory Boyle et Oliver Searle. Jean-Claude a également travaillé avec des solistes de renommée internationale tels que Nicola Benedetti, Vilde Frang, Xavier de Maistre, André Laplante, Kinan Azmeh, Boris Giltburg et Jacques Zoon et a été le chef assistant de Peter Oundjian, Thomas Søndergård, Valery Gergiev, Neeme Järvi, Sir Roger Norrington, Sir Andrew Davis, Stéphane Denève et Alexander Lazarev.

Pendant ses études, avec son maître Laurent Gay à la Haute École de Musique de Genève (Conservatoire Supérieur de Musique de Genève), il est sélectionné pour participer à des masterclasses internationales de haut niveau où il a l’occasion de se perfectionner auprès de David Zinman à Zürich, Kurt Masur à New York, Neeme Järvi, Paavo Järvi et Leonid Grin en Estonie et Jorma Panula à Porto. Suite à la masterclass avec Kurt Masur, il se voit décerner une Bourse Mendelssohn, lui permettant ainsi de poursuivre ses études avec Masur à sa résidence de Leipzig.

Avant de se consacrer entièrement à la direction, Jean-Claude fut un flûtiste recherché, jouant avec des orchestres tels que le Bergen Philharmonic Orchestra (Norvège), l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre de Chambre de Genève ainsi que les Violons du Roy, ce qui lui permis d’acquérir une riche expérience en tant que musicien d’orchestre, en se produisant entre autres au Carnegie Hall de New York, au Walt Disney Concert Hall de Los Angeles ainsi qu’au Royal Concertgebouw d’Amsterdam.

Jean-Claude a été boursier de la Fondation Jeunesses Musicales Canada, Fondation Wilfrid-Pelletier et Fondation Jean-Tanner (Suisse).

Valérie Milot

Harpe

Valérie Milot est une harpiste à l'âme rebelle qui se dévoue avec la même passion à ses rôles de concertiste, productrice, professeure et maman. Que ce soit dans la pure tradition de la musique classique ou par ses productions innovantes comme Orbis, Valérie sait rendre son art accessible.

Soliste recherchée, elle cumule les concerts avec des orchestres prestigieux au Canada et à l'étranger, comme l'Orchestre métropolitain de Montréal (Yannick Nézet-Séguin), ainsi que Les Violons du Roy (Bernard Labadie et Mathieu Lussier). La saison 2018-2019 marquera ses débuts comme soliste avec l'Orchestre symphonique de Montréal.

En plus d'avoir enregistré 8 albums sous étiquette Analekta, Valérie s'est forgé une solide réputation sur le web. Elle s'y distingue par des performances comme son interprétation de Die Moldau de Bedrich Smetana qui a récolté plus d'un million de vues sur YouTube. On l'y voit aussi à la harpe électrique dans une adaptation de Discipline du groupe de rock progressif légendaire King Crimson.

Reconnue par ses pairs et par le public, de nombreux prix jalonnent son parcours : Prix d'Europe 2008, Révélation de l'année Radio-Canada et Prix Jeune Soliste des Radios Francophones Publiques pour ne nommer que ceux-ci.

Professeure de harpe et de musique de chambre aux Conservatoires de Montréal et de Trois-Rivières, Valérie apprécie cet échange privilégié avec ses élèves qu'elle place au cœur de ses priorités.

Valérie joue aujourd'hui sur une des treize harpes « Apollonia » de Salvi existant dans le monde, gracieusement prêtée par l'entreprise Canimex de Drummondville, propriété du mécène Roger Dubois.

Stéphane Tétreault

Violoncelle

Récipiendaire d'innombrables prix et distinctions, Stéphane Tétreault a remporté le « 2018 Maureen Forrester Next Generation Award » en reconnaissance pour sa sensibilité, la maîtrise de son instrument et ses grandes qualités de communicateur. En 2015, il fut choisi dans la « Classe d'excellence de violoncelle » Gautier Capuçon de la Fondation Louis Vuitton et s'est vu remettre le « Career Development Award du Women's Musical Club » of Toronto. En 2013, il a reçu la toute première « Bourse de carrière Fernand-Lindsay » de la Fondation Père Lindsay de même que le « Prix Choquette-Symcox » des Jeunesses Musicales du Canada. Lauréat du Premier prix au Concours de l'Orchestre symphonique de Montréal Standard Life-OSM 2007, il a été nommé « Révélation Radio-Canada » en musique classique, « Découverte de l'année » au Prix Opus et « Personnalité de la semaine » par le quotidien La Presse.

Nommé premier soliste en résidence de l'Orchestre Métropolitain, Stéphane s'est produit entre autres avec Yannick Nézet-Séguin lors de la saison 2014-2015. En 2016, il fait ses débuts avec l'Orchestre symphonique de Philadelphie, sous la direction de Maestro Nézet-Séguin, et il se produit au prestigieux Gstaad Menuhin Festival en Suisse. Au cours de la saison 2017-18, il a pris part à la première tournée européenne de l'Orchestre Métropolitain avec maestro Nézet-Séguin et fait ses débuts avec le London Philharmonic Orchestra.

Stéphane a partagé la scène avec le célèbre violoniste et chef d'orchestre Maxim Vengerov, les pianistes Alexandre Tharaud, Jan Lisiecki, Charles Richard-Hamelin et John Lenehan ainsi qu'avec les chefs Michael Tilson Thomas, Paul McCreesh, John Storgårds, José-Luis Gomez, James Feddeck, Kensho Watanabe et bien d'autres. Il a aussi participé à de nombreuses classes de maître, notamment avec les violoncellistes Gautier Capuçon et Frans Helmerson.

Son premier album, sur étiquette Analekta, enregistré avec l'Orchestre symphonique de Québec sous la direction de Fabien Gabel s'est vu remettre le « Choix de l'éditeur » du prestigieux magazine Gramophone. En 2015, il signe un deuxième album, sur des œuvres de Haydn, Schubert et Brahms avec la pianiste Marie-Ève Scarfone qui se retrouve sur la liste des meilleurs albums de l'année « Critic's Choice 2016 » de Gramophone. En 2017, Stéphane se joint à la harpiste Valérie Milot et au violoniste Antoine pour produire un enregistrement consacré aux trios pour violon, violoncelle et harpe. Ses trois albums ont tous reçu des nominations dans la catégorie Album classique de l'année au Gala de l'ADISQ.

« La technique d'archet est immaculée et la maîtrise de l'harmonie et des contrastes omniprésents. » (Joanne Talbot, The Strad Magazine). « Le jeu est étonnamment mature, non seulement dans la technique, mais aussi la chaleur, l'éclat et la subtilité des couleurs et de l'inflexion.» (Geoffrey Norris, Gramophone). « Stéphane Tétreault est non seulement un technicien parfaitement accompli, mais encore, et surtout, un interprète de génie. » (Claude Gingras, La Presse)

Stéphane a étudié pendant plus de 10 ans sous la tutelle du regretté violoncelliste et chef d'orchestre Yuli Turovsky. Il est titulaire d'une maîtrise en interprétation à l'Université de Montréal.

Stéphane joue sur le violoncelle Stradivarius « Countess of Stainlein, Ex-Paganini » de 1707, qui lui est généreusement prêté par Madame Sophie Desmarais.