Terminé

Grands concerts

Gershwin et Beethoven

Complexité : Stimulant
Émotions :  Curieux Éblouissante Joyeux

dimanche 11 avril 2021 à 14 h 30

Centre des arts de Shawinigan

Amalgame enivrant et joyeux qui réchauffera les cœurs, ce concert met en scène plusieurs œuvres enlevantes du compositeur autrichien Johann Strauss ainsi qu’une des œuvres les plus connues du répertoire américain, la « Rhapsody in Blue » de Gershwin, éclatant mélange de musique classique et jazz sous les doigts du brillant pianiste québécois Wonny Song. Le tout se termine par la célèbre 5e symphonie de Beethoven portée par l’excellence des musiciens de l’OSTR et de son chef attitré Maestro Jean-Claude Picard.

Présenté par :

Au programme

Johann Strauss

Die Fledermaus

Durée : 8 min.

Écoutez Cette Oeuvre

Notes de programme

Johann Strauss

Tritsch-Tratsch-Polka

Durée : 3 min.

Écoutez Cette Oeuvre

Notes de programme

Johann Strauss

Perpetuum mobile

Durée : 3 min.

Écoutez Cette Oeuvre

Notes de programme

Johann et Joseph Strauss

Pizzicato-Polka

Durée : 3 min.

Écoutez Cette Oeuvre

Notes de programme

Johann Strauss

Unter Donner und Blitz

Durée : 3 min.

Écoutez Cette Oeuvre

Notes de programme

George Gershwin

Rhapsody in Blue

Durée : 17 min.

Écoutez Cette Oeuvre

Notes de programme

Ludwig van Beethoven

Symphonie n°5 en do mineur

Durée : 34 min.

Écoutez Cette Oeuvre

Notes de programme

Jean-Claude Picard

Chef attitré

Le chef d’orchestre canadien Jean-Claude Picard est largement reconnu pour sa direction communicative et engageante, autant par ses pairs, la critique et le public. La saison 2020-2021 le voit entamer sa deuxième saison en tant que directeur artistique et chef attitré de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières au Québec et Chief Conductor du Scottish Ballet.

Suite au concert inaugural de Jean-Claude Picard au podium de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, Le Nouvelliste écrit : « On n’a jamais une seconde chance de faire une bonne première impression et maestro Jean-Claude Picard a magnifiquement saisi la sienne en conquérant indubitablement le public trifluvien. Le public a réservé des ovations bien senties au terme de chacune des deux parties de ce concert emballant qui a marqué de façon spectaculaire l’arrivée de Jean-Claude Picard à la direction d’un OSTR pimpant et plein de vie.»

En plus de son travail à l’OSTR et Scottish Ballet, notons parmi ses engagements récents et futurs un retour aux podiums de l’Orchestre symphonique de Québec, Victoria Symphony, Royal Scottish National Orchestra et Symphony Nova Scotia ainsi que ses débuts avec l’Orchestre symphonique de Montréal, les orchestres de chambre du Luxembourg et de Genève, I Musici, Les Grands Ballets Canadiens et un début très remarqué au Festival international d’Edimbourg avec Scottish Ballet. Ses débuts aux États-Unis, avec le Washington National Opera Orchestra, ainsi que des représentations au Spoleto Festival USA ont été annulés en raison de la situation actuelle. Une première visite au Royal Opera House de Londres et une quatrième invitation au Victoria Symphony étaient initialement prévues lors de la saison 2020-2021.

Jean-Claude a débuté sa carrière en étant nommé chef assistant du Royal Scottish National Orchestra. Deux ans plus tard, le RSNO annonça sa promotion au poste de chef associé, reflétant la précision de son travail et le lien significatif établi avec les musiciens de l’orchestre depuis le début de son mandat.

Pendant son mandat au RSNO, il tisse des liens étroits avec Scottish Ballet, la Compagnie nationale de danse d’Écosse et l’une des quatre principales Compagnies de ballet du Royaume-Uni. Ses premières invitations le voit diriger Casse-Noisette de Tchaïkovski, Cendrillon de Prokofiev ainsi que Le Sacre du Printemps et Le Baiser de la fée de Stravinski. Scottish Ballet annonça la nomination de Jean-Claude au poste de Chief Conductor en avril 2019.

Par ailleurs, Jean-Claude a travaillé de manière significative dans son pays natal en dirigeant des orchestres de premier plan tels que l’Orchestre symphonique de Montréal, le Toronto Symphony Orchestra, l’Orchestre symphonique de Québec, l’Orchestre du Centre national des Arts, l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, le Victoria Symphony et le Symphony Nova Scotia ainsi que Les Grands Ballets Canadiens et I Musici. En tant que directeur artistique et chef attitré de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, il succède au chef d’orchestre réputé Jacques Lacombe.

En Europe, Jean-Claude fut invité ou réinvité aux podiums du Royal Scottish National Orchestra, Manchester Camerata, Scottish Ballet, City of Birmingham Symphony Orchestra, l’Orchestre de la Tonhalle de Zürich, l’Orchestre de Chambre de Genève, l’Orchestre symphonique de Porto Casa da Música, l’Orchestre symphonique de Leipzig, l’Orchestre de la ville de Pärnu et le Red Note Ensemble. Son premier enregistrement commercial avec le Royal Scottish National Orchestra fut chaleureusement accueilli par la presse.

Tout aussi à l’aise avec la musique contemporaine, il a créé et enregistré des œuvres de compositeurs canadiens et britanniques tels que Kelly-Marie Murphy, Dinuk Wijeratne, Ned Bigham, Peter Salem, Rory Boyle et Oliver Searle. Jean-Claude a également travaillé avec des solistes de renommée internationale tels que Nicola Benedetti, Vilde Frang, Xavier de Maistre, André Laplante, Kinan Azmeh, Boris Giltburg et Jacques Zoon et a été le chef assistant de Peter Oundjian, Thomas Søndergård, Valery Gergiev, Neeme Järvi, Sir Roger Norrington, Sir Andrew Davis, Stéphane Denève et Alexander Lazarev.

Pendant ses études, avec son maître Laurent Gay à la Haute École de Musique de Genève (Conservatoire Supérieur de Musique de Genève), il est sélectionné pour participer à des masterclasses internationales de haut niveau où il a l’occasion de se perfectionner auprès de David Zinman à Zürich, Kurt Masur à New York, Neeme Järvi, Paavo Järvi et Leonid Grin en Estonie et Jorma Panula à Porto. Suite à la masterclass avec Kurt Masur, il se voit décerner une Bourse Mendelssohn, lui permettant ainsi de poursuivre ses études avec Masur à sa résidence de Leipzig.

Avant de se consacrer entièrement à la direction, Jean-Claude fut un flûtiste recherché, jouant avec des orchestres tels que le Bergen Philharmonic Orchestra (Norvège), l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Orchestre de Chambre de Genève ainsi que les Violons du Roy, ce qui lui permis d’acquérir une riche expérience en tant que musicien d’orchestre, en se produisant entre autres au Carnegie Hall de New York, au Walt Disney Concert Hall de Los Angeles ainsi qu’au Royal Concertgebouw d’Amsterdam.

Jean-Claude a été boursier de la Fondation Jeunesses Musicales Canada, Fondation Wilfrid-Pelletier et Fondation Jean-Tanner (Suisse).

Wonny Song

piano

Pianiste de réputation internationale, Wonny Song est reconnu comme l’un des pianistes de concert les plus remarquables au Canada. Il est largement estimé pour ses récitals, ses concertos et ses enregistrements merveilleusement poétiques, la profondeur de sa compréhension musicale et sa personnalité charismatique.

Né en Corée du Sud et arrivé à Montréal à l’âge de un an, il reçoit en 1994 une bourse pour étudier au Curtis Institute of music de Philadelphie, et en 1998 obtient un baccalauréat de l’Université de Montréal. Il se perfectionne ensuite auprès du compositeur Anton Kuerti, à l’Université de Toronto et au Glenn Gould Professional School avec le pianiste Marc Durant. En 2000, il devient le premier récipiendaire « Elinor Bell Fellowship » de l’Université de Minnesota, où il complète son doctorat en 2004.

Cité en 2003, dans un ouvrage publié par le journal Korea Times, à titre de l’un des 100 canadiens remarquables d’origine coréenne, Wonny Song, qui a joué avec plus de 60 orchestres différents, a été le gagnant de la médaille d’or au Concours Mondial du piano à Cincinnati en 1994, au prix Young Canadian Musician 2010 ainsi qu’au Prix d’Europe 2003.

Parmi les autres faits saillants issus de la carrière de Mr. Song, mentionnons un récital solo à titre d’ambassadeur musical du Canada, lors de l’exposition universelle de 1993 en Corée et un concert donné à Bangkok cinq ans plus tard à l’occasion des cérémonies de clôture des Jeux asiatiques, événement auquel a assisté la famille royale de Thaïlande. Mr. Song est retourné dans son pays natal en 2005 pour se produire lors du concert inaugural du nouveau Chungmu Art Hall à Seoul en compagnie de l’EuroAsian Philharmonic Orchestra sous la direction de Gum Nan-Se.

En marge de sa vie de concertiste, Mr. Song est engagé dans l’éducation musicale et l’avancement des jeunes artistes. Il a, à ce titre, cofondé, en 2008, l’école de musique et des beaux-arts Lambda de Montréal, une école innovatrice interdisciplinaire dédiée au rayonnement du talent de jeunes artistes.

Il a été vice-président du conseil d’administration de la fondation Père Lindsay de 2015 à 2019 avant d’en devenir gouverneur.  Cette fondation a pour mission d’encourager les jeunes musiciens dans leur développement en offrant des bourses pour stimuler l’excellence.  En collaboration avec son fondateur, M. Pierre Mantha, il a créé la bourse de carrière « Fernand Lindsay » d’une valeur de 50 000$, octroyée bi-annuellement, depuis 2013, au meilleur musicien québécois.

En 2014, il a été le fer de lance de la création d’un nouveau programme de formation en partenariat avec le HEC Montréal, aujourd’hui réalisé en collaboration avec l’Université de Sherbrooke et Orford Musique. Ce programme est destiné aux musiciens ambitieux et désireux d’acquérir les connaissances et le savoir-faire en vue de gérer et développer leur carrière.

En 2015, il est nommé directeur artistique d’Orford Musique. Il organise, l’année suivante, la toute première tournée asiatique pour l’orchestre de l’académie Orford Musique, dont trois prestations en Corée du Sud au prestigieux Busan MARU International Music Festival. Il est aussi  l’instigateur du Prix Orford Musique, un concours grandement apprécié du public, qui en est déjà à sa cinquième édition.

Depuis 2018, il assume le double poste de directeur général et artistique d’Orford Musique. Cette même année, il obtient le certificat professionnel LEAD : innovation en entreprise du Stanford Graduate School of Business Executive Education. Lors de ce programme, il est alors nommé pour la mention de l’« Intellectual Contribution Award » par ses pairs.